L’autisme est un trouble neurologique qui interfère dans le développement normal du cerveau et apparaît habituellement au cours des trois premières années de vie. Ce trouble du développement modifie la façon dont le cerveau traite l’information, de sorte que l’enfant autiste se développe de manière différente et à un rythme différent des autres enfants.


En termes de comportements, le trouble se traduit par un manque d’intérêt important dans les activités sociales et les relations, des problèmes de communication, des activités et des comportements répétitifs, et des intérêts restreints. De plus, l’enfant autiste souffre souvent d’anxiété, de problèmes alimentaires et de difficultés de sommeil. Il est sujet à des accès de colère soudains et peut manifester de l’agression envers les autres et lui-même.

Contrairement à la croyance populaire, les enfants autistes ne sont pas moins intelligents que les enfants dits normaux. Les recherches récentes révèlent que seulement 40 % d’entre eux souffrent de déficience intellectuelle et ce chiffre comprend les enfants qui ont une intelligence normale mais qui ne peuvent l’utiliser en raison de difficultés à traiter l’information.

L’autisme en chiffres

Au Québec

L’estimation de la prévalence de l’autisme au Québec est de 1,4% de la population.

En 2015-2016, il y avait 14 429 élèves autistes à la formation générale, soit une prévalence de 142 pour 10 000 ou 1 enfant sur 70.

À titre indicatif, en 2010-2011, on comptait 8 318 enfants autistes scolarisés dans le secteur public. En 5 ans, soit entre 2005 et 2011, le nombre d’élèves autistes scolarisés dans le secteur public au Québec a doublé.

C’est la catégorie d’élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) la plus représentée au Québec : sa prévalence est trois fois plus élevée que celle de la déficience langagière et dix fois plus élevée que celle de la déficience intellectuelle.

-La Fédération québécoise de l’autisme (FQA) – http://www.autisme.qc.ca